Folgen Sie uns auf

La valeur des notes

06.05.2020 12:15

ANote Music

1er rang, de g. à dr. : Grégoire Mathonet, Marzio Flavio Schena et Matteo Cernuschi ; 2e rang, de g. à dr. : Tolu Oluwagbemi, Niels Hoorelbeke, Luigi Felaco et Roman Malizderskyi. La société ANote Music compte sept collaborateurs et travaille avec cinq freelances basés en Italie et au Luxembourg.

Fondée en 2018 et basée au Technoport, la startup ANote Music ambitionne de changer l'industrie musicale tout en offrant de nouvelles opportunités d'investissement. Son idée ? Mettre des catalogues musicaux à disposition d'investisseurs avertis, en quête de diversification de leur portefeuille dans le but de recevoir des royalties musicales. En transformant ainsi une création musicale en actif financier, ANote Music semble avoir trouvé l'accord parfait. Entretien avec Niels Hoorelbeke qui a rejoint la société en 2019 pour en assurer le marketing et le développement commercial.

Quels talents se cachent derrière ANote Music ?

La startup a été fondée par trois amis. Il y a tout d'abord Marzio Flavio Schena, titulaire d'une maîtrise en finances et d'une licence en économie et finances de l'Université Bocconi. Il a également étudié à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA), classée au premier rang des universités publiques américaines et suivi un programme de MBA à l'INCAE Business School au Costa Rica, la plus prestigieuse université d'Amérique latine. Avant de devenir CEO d'ANote Music, il travaillait dans les fonds d'investissements où il a géré l'exposition aux liquidités, aux risques et aux actions ; il possède donc une solide expérience en matière de modélisation financière. Matteo Cernuschi est notre COO. Il a travaillé en tant que responsable informatique en conseil stratégique chez Ernst & Young, Luxembourg. Titulaire d'une licence en gestion d'entreprise et marchés financiers, il a suivi un troisième cycle en investissements et finances durables à l'Université de Harvard aux Etats-Unis en 2015, avant de rejoindre l'IE Business School à Madrid pour finaliser un Master en gestion et en commerce international. Il a travaillé auprès de SES Satellites à Luxembourg avant d'être conseiller en stratégie informatique chez Ernst & Young où il a fait la connaissance de Marzio. Enfin, il y a Grégoire Mathonet, un jeune cadre en informatique, spécialisé dans la cybersécurité et passionné par les marchés financiers. Il a notamment travaillé en tant que lead engineer chez LuxTrust. En 2018, Grégoire a rencontré les deux futurs co-fondateurs de ANote Music et ils ont décidé de s'associer pour fonder la société. Aujourd'hui, Grégoire est en charge du développement de la plate-forme d'investissement et de la gestion de l'équipe informatique. ANote Music compte actuellement sept collaborateurs et fait travailler cinq freelances basés en Italie et au Luxembourg.

Quelle est l'innovation proposée par ANote Music ?

Au cours d'un festival de musique en Italie, Marzio et Matteo se sont fait la réflexion qu'il n'existait aucune possibilité d'investir dans l'industrie musicale et de parier sur la performance des artistes. La plupart du temps, les droits musicaux sont négociés à huis clos, dans le cadre de transactions privées entre acteurs du secteur. Les trois grosses maisons de disques que sont Sony, Warner Music et Universal, détiennent à elles seules plus de la moitié des droits musicaux dans le monde. Elles ont un certain pouvoir sur les artistes. Nous pensons que le processus selon lequel les droits musicaux sont gérés actuellement, manque de transparence et doit s'ouvrir au public. Avec ANote Music, nous offrons une opportunité d'investissement alternatif, afin que la communauté financière investisse dans une classe d'actifs autre que des fonds spéculatifs ou des actions. ANote Music connecte pour la première fois le monde de la musique avec celui de la finance et permet à tout investisseur d'acquérir des parts d'une œuvre musicale. Les catalogues musicaux qu'ANote Music propose en ligne sont comparables à des actifs financiers. Les deux sont des placements qui génèrent des revenus, à savoir des royalties pour les uns et des dividendes pour les autres. Et, comme en bourse, les gains évoluent en fonction de la performance du titre, musical ou financier.

Comment commercialisez-vous un catalogue musical ?

Dans l'industrie musicale, une collection de compositions musicales est référencée dans un catalogue musical, dont les droits sont détenus par un propriétaire. Nos catalogues ou albums musicaux sont composés d'un nombre variable de parts. L'acheteur de ces parts ou de ces droits, perçoit les royalties générées par les ventes et les téléchargements de l'album.

Concrètement, comment se conclut une transaction selon le modèle développé par ANote Music ?

Nous avons créé une plate-forme de transactions de droits musicaux. Les détenteurs de ces droits mettent leurs parts en vente au plus offrant, avec un prix de départ. Les investisseurs intéressés peuvent acquérir ces parts contre paiement d'un montant qui satisfait les deux parties. La cotation des parts est déterminée au prorata des revenus produits par les droits d'auteurs. ANote Music vérifie en amont les aspects juridiques et financiers des droits. Nous nous assurons par exemple, que le propriétaire du catalogue est bien le détenteur des droits. Nous travaillons aussi avec des experts du marché de la musique. Nous voulons créer un environnement stable et sécurisé avec un minimum de risques. Nous examinons et retravaillons les données reçues des artistes pour établir une déclaration de redevances qui soit lisible et accessible aux investisseurs. Les œuvres musicales font l'objet d'une analyse et d'une estimation financière sur une durée de trois ans ou plus. ANote Music n'a pas été conçu pour les nouveaux artistes qui ont des besoins financiers ou qui se lancent. Une fois la transaction conclue, les parts sont allouées aux portefeuilles des investisseurs et les artistes reçoivent l'argent immédiatement pour leur permettre de vivre ou d'acheter du matériel. Quant au versement des royalties, ANote Music se charge de les distribuer aux investisseurs tous les quatre à six mois. L'achat de parts de chansons permet d'avoir un retour sur investissements en cas de succès, mais ne donne pas les droits pour utiliser ou diffuser la chanson. La plate-forme propose aussi un marché secondaire sur lequel les investisseurs propriétaires de droits musicaux peuvent revendre ou échanger leurs parts.

La plateforme d'ANote Music utilise la technologie blockchain. Nous avons développé notre propre protocole de transmission des données permettant de suivre la chaîne de propriété des droits et de sécuriser les transactions et les échanges de royalties publiquement. L'utilisation de la blockchain nous permet d'être transparents.

Quel est votre business model ?

D'un côté, nous avons les personnes ou entreprises (tels que les éditeurs, les artistes, les propriétaires de labels, ...) qui détiennent des droits et qui veulent vendre, et de l'autre, nous trouvons les investisseurs ou des fans qui souhaitent toucher des royalties. Nous n'imposons aucun montant de départ minimum aux investisseurs. Nos frais sont très réduits et compétitifs. Les artistes et les investisseurs paient des frais d'édition et nous prélevons des frais de distribution lorsque les investisseurs commencent à gagner de l'argent. Ce modèle constitue pour nous la manière la plus juste de procéder. Certains concurrents taxent les investisseurs qu'ils soient perdants ou gagnants ou prélèvent des frais importants sur les royalties versées. D'autres cèdent un catalogue musical à un investisseur unique. Nous nous voyons plutôt comme un accélérateur de développement, avec pour objectif principal d'élargir le marché des œuvres musicales.

Comment avez-vous financé le développement de la société ?

En janvier 2020, nous avons annoncé une levée de fonds de 505.000 euros, après une première levée de fonds de 180.000 euros en juillet 2019, auxquels se sont ajoutés 325.000 euros en décembre, du même groupe d'investisseurs. Nous avons également remporté plusieurs prix, dont le Prix Luxinnovation du concours de pitchs de l'ICT Spring. ANote Music a pris part à la délégation luxembourgeoise ayant participé au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, où l'équipe a eu des retours très positifs. Plus récemment, nous venons d'être acceptés pour participer au programme de soutien aux startups en phase de démarrage, Fit4Start, géré par Luxinnovation en collaboration avec le Technoport et le Luxembourg City Incubator (LCI).

Qu'est-ce qui fait la force de ANote Music ?

Sa flexibilité. Nous avons jeté un pont entre la finance et la musique. Le secteur financier et le marché de la musique évoluent et nous nous adaptons pour mieux répondre aux besoins. Les habitudes changent, le développement du streaming, l'écoute de musique en ligne sur des plateformes comme Spotify, Apple Music, etc. représente aujourd'hui près de la moitié des revenus mondiaux. Ces nouvelles habitudes détruisent les précédentes, avec une diminution constante des ventes d'albums physiques, mais aussi une baisse du téléchargement, qui perd 21%. Les abonnements payants progressent partout dans le monde. Aujourd'hui, ce segment pèse 37% du chiffre d'affaires mondial et compte 255 millions de fidèles selon la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI). Il faut rester à l'écoute et savoir où investir. Récemment, nous avons découvert la valeur de la musique dans les spas, les centres de fitness et autres lieux publics. 70% de la musique diffusée dans ces lieux génèrent des revenus. Nous avons donc investi dans un catalogue de 1.000 chansons d'artistes inconnus, mais aux revenus stables, car la demande existe.

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur vos activités ?

À chaque crise, ses opportunités. Confinés, les gens écoutent plus de musique. Avec l'annulation de tous les concerts, les artistes réfléchissent à d'autres sources de revenus. La forte baisse de la bourse a peut-être aussi incité les investisseurs à rechercher d'autres idées de placements financiers... Même si nous ne pouvons pas nous réjouir de la situation actuelle, la crise sanitaire n'a pas eu de conséquences néfastes sur notre activité. Nous sommes en phase test et nous ne générons pas encore de revenus. Nous disposons de 10 catalogues et nous finalisons actuellement les derniers contrats. Tout est prêt pour aller en ligne ! Le 22 avril 2020, en pleine crise sanitaire, nous avons lancé l'opération " Trading Cup " pour trouver 100 volontaires invités à gérer et à faire fructifier un portefeuille virtuel de 10.000 euros de droits musicaux, pendant 15 jours. Grâce à cette opération, nous avons pu affiner la performance de la plate-forme avant son lancement prévu en juillet 2020. Le vainqueur a reçu une enceinte Bluetooth et les autres participants recevront 50% de réduction sur les frais liés aux dividendes quand la plate-forme sera ouverte au public.

Avez-vous d'autres projets en tête ?

Une fois la plateforme lancée, nous allons continuer à la perfectionner et créer des applications pour téléphone mobile et tablette. Une version pour investisseurs professionnels est prévue. Nous envisageons aussi de développer des produits financiers qui peuvent stimuler le marché de la musique. Une autre piste serait de proposer notre technologie aux entreprises qui le souhaitent et pourquoi pas, d'élargir notre concept à d'autres secteurs comme le vin, le sport ou l'industrie pharmaceutique.

Une anecdote ?

En novembre 2019, nous avons remporté le concours de startup axé sur l'innovation dans l'industrie de la musique, à Bilbao. Après la remise des prix, nous avons eu l'opportunité de rencontrer pendant quelques minutes le père et ex-manager de Beyoncé, Mathew Knowles, qui dirige la maison de disque Music World Entertainment. Nous lui avons présenté ANote Music et nous lui avons expliqué en quoi notre société pouvait révolutionner les droits des artistes et de leurs maisons de production. À l'issue de l'entretien, M. Knowles s'est dit très intéressé par notre projet et, fait rare, il nous a remis sa carte en nous demandant de le tenir au courant de l'évolution de notre activité.

Un conseil que vous donneriez à une personne voulant entreprendre ?

Tant que l'on ne cesse pas d'essayer, il n'y a pas d'échec. Même après un échec, il faut avoir le courage de recommencer et de prendre des risques. Nous avons trop souvent tendance à protéger nos intérêts et à défendre notre pré carré. Il faut au contraire être créatif et sortir des sentiers battus pour ouvrir de nouvelles perspectives.

www.anotemusic.com

Texte : Marie-Hélène Trouillez - Photos : ANote Music

Les fondateurs de ANote Music ont eu l'idée de mettre en relation artistes, auteurscompositeurs, maisons de disques, éditeurs et investisseurs, à la recherche d’oeuvres musicales susceptibles de générer des revenus.

Niels Hoorelbeke (à g.) et Matteo Cernuschi à l’International Music Conference & Festival (BIME), à Bilbao en 2019, au cours duquel ANote Music a remporté le premier prix.

De g. à dr. : Niels Hoorelbeke, Grégoire Mathonet et Matteo Cernuschi au Consumer Electronics Show (CES) qui s’est tenu du 6 au 10 janvier à Las Vegas.

En juin 2019, lors de l’édition du concours Pitch Your Startup, dans le cadre de l’ICT Spring, ANote Music a été récompensée par le prix spécial décerné par Luxinnovation.

Le lancement de la plateforme transeuropéenne est prévu pour juillet 2020.