Suivez-nous sur

Les entreprises luxembourgeoises en quête du marché turc

17.02.2015 14:28

Affaires internationales

La délégation luxembourgeoise à la rencontre de start-ups turques.

Le renforcement des liens bilatéraux et commerciaux était l’objectif de la récente  mission économique sectorielle en Turquie, organisée du 10 au 13 février, par la Chambre de  Commerce, en collaboration avec le ministère de l’Économie, Luxinnovation et l’ambassade du Luxembourg à Ankara.

Avec ses 76,6 millions d’habitants, la Turquie constitue un marché important et un excellent point d’accès aux marchés de l’Asie centrale et du Proche et Moyen Orient. Elle occupe actuellement la 17ème place dans l’économie mondiale en termes de PIB.

Dans le cadre de cette mission, des représentants d’entreprises luxembourgeoises issues des secteurs des technologies de l’information et de la communication (TIC), de l’automobile et des technologies de l’espace ont participé à différents workshops.

La mission a début le 11 février avec un workshop dédié aux technologies de l’’espace au siège de Turksat près d’Ankara. Après la présentation de la politique de l’espace luxembourgeoise, les différents hommes d’affaires ont exposé leurs activités et produits. La Turquie et le Grand-Duché sont déjà voisins sur orbite avec les fréquences sur 31.0 et 31.5 et comptent intensifier  leurs relations. Des B2B ont permis aux entreprises luxembourgeoises d’identifier de nouveaux débouchés. Une visite de TAI, Turkish Aeropspace Industries, a clôturé le programme du secteur des technologies de l’espace.

Le lendemain, le Vice-Premier ministre et ministre de l'Économie, Étienne Schneider a ouvert  à Istanbul un séminaire promouvant l’environnement propice pour les startups au Luxembourg, en particulier dans le domaine des TIC. Le ministre a souligné le dynamisme du secteur qui connaît une forte croissance. Le Grand-Duché tient à offrir aux startups un accueil professionnel ainsi que le support assuré des centres de recherche, de l’université et du gouvernement, ce dernier travaillant actuellement sur la mise sur pied  d’un « seed fund ». 

 L’ouverture a été suivie de présentations du Grand-Duché en tant que porte d’entrée en Europe en matière de commerce électronique et d’incubateur pour l’internationalisation des projets, Après un bref aperçu de Luxinnovation, one stop shop pour le développement des plans d’affaires et de POST Capital, partenaire pour les startups, Digicash et Docler ont illustré les avantages du Grand-Duché par leurs témoignages.

Le président de l’association des business angels turcs a brossé un tableau du secteur des startups à Istanbul. Le bosphore digital s’est fortement développé, la Turquie se positionne actuellement en tant que huitième marché le plus développé des business angels en Europe. Avec 37 millions d’utilisateurs internet ayant une moyenne d’âge de 28,5 ans, la Turquie représente un marché très intéressant qui souffre cependant d’un manque en matière d’innovation. Le président suggère la création d’un fond d’investissement commun Luxembourg-Turquie afin d’intensifier les relations bilatérales.

Au terme du séminaire, différentes startups turques ont présenté leurs projets et trois ont été sélectionnées pour travailler pendant quelques mois au Technoport. Une entreprise pourra prendre part à la conférence ICT Spring.

Le secteur des équipementiers en automobile a visité des entreprises fabriquant des véhicules utilitaires urbains, TEMSA, et des semi-remorques, TIRSAN, intéressées à intensifier leur coopération avec le Grand-Duché. Leur périple s’est achevé avec une table ronde chez TAYSAD (association turque des producteurs de composantes pour l’industrie automobile) sur le thème de l’innovation et de la recherche et développement dans le domaine de l’industrie des composantes automobiles.

Le ministre a également visité Turkish Airlines reliant les deux pays avec des vols passagers journaliers depuis fin mars 2014 et Mars Logistics, partenaire de CFL Multimodal opérant une liaison dorénavant directe entre Luxembourg et la Turquie pour l’acheminement de marchandises par voie ferroviaire en plus de la liaison combinée rail/route déjà en place via Trieste.

La mission s’est terminée par la signature, en présence du ministre, d’un accord de joint-venture entre la société luxembourgeoise CTI Systems et la société turque Vinçsan visant la coopération dans le domaine de l’intralogistique et le traitement de surface.