Suivez-nous sur

Le Pérou : plus qu’une destination touristique

21.05.2015 17:06

Internationalisation

Jeannot Erpelding, directeur, Affaires Internationales, Chambre de Commerce, Jorge Villar, président, Chambre de Commerce et de Tourisme du Pérou au Luxembourg (CCTPL), Francisco Malpica, secrétaire, CCTPL, Marc Angel, membre du parlement, Hugo Geronimo Reyes, Directeur, Agro Mi Peru Foods, Miguel Angel, Castillo Oliden, Maire de Paracas autour de Wilbert Haya Enriques, consul général de la République du Pérou au Luxembourg et en Belgique

Ce jeudi 21 mai, la Chambre de Commerce a organisé, en étroite collaboration avec la Chambre de Commerce et de Tourisme du Pérou au Luxembourg (CCTPL), un séminaire sur les opportunités d'échanges commerciaux entre le Pérou et le Luxembourg.

Cet événement était organisé dans le cadre de la venue d'une délégation d'affaires péruvienne au Grand-Duché pour une durée d'une semaine.

Comme l'a évoqué Jorge Villar, président de la CCTPL, dans son allocution de bienvenue, le nom de son pays de naissance évoquait autrefois uniquement l'image d'une terre légendaire, cachant des richesses incroyables. " Il a gagné le Pérou ", voilà ce qu'on disait de quelqu'un qui avait fait une bonne affaire. Aujourd'hui, le Pérou se situe parmi les dix premiers pays au monde ayant enregistré la plus forte croissance au cours des dix dernières années, grâce à une croissance continue. C'est ce qu'a indiqué Jeannot Erpelding, directeur des Affaires Internationales de la Chambre de Commerce dans son intervention. Le PIB du Pérou s'est ainsi accru de plus de 80% sur les dix dernières années et l'économie péruvienne devrait continuer à croître de 3,8% en 2015 selon les estimations du FMI.

Ainsi, l'événement avait pour but de mettre en avant le potentiel important des relations bilatérales avec ce pays, encore trop limitées, au vu des chiffres du commerce extérieur. En 2014, les exportations du Luxembourg vers le Pérou se sont élevées à 4,569 millions d'euros, ce qui classe le Pérou au rang de 70ème pays partenaire tandis que les importations ont très modestement atteint la somme de 21 000 euros.

Aussi, le Luxembourg mise sur la diversification de son économie et le Pérou pourrait, tout naturellement, se présenter comme une alternative pour une diversification géographique. Le consul général de la République du Pérou au Luxembourg et en Belgique, Wilbert Haya Enriques, qui avait fait le déplacement de Bruxelles pour l'occasion, a insisté dans son discours sur la stabilité macro-économique de son pays, reconnue internationalement et raison pour laquelle les agences internationales de notation n'ont eu de cesse d'élever sa note qui se situe désormais au rang BBB+ (Standard and Poor's et Fitch). Il a ensuite évoqué les secteurs présentant le plus grand potentiel d'investissement, à savoir les infrastructures et les services publics. Avec une superficie de 1,2 million de kilomètres carrés, il s'agit d'un territoire qui représente d'importants défis, que ce soit au niveau de l'énergie, des télécommunications mais aussi les routes et voiries, les ports et les aéroports. Les opportunités d'investissement sont nombreuses dans cette économie émergente mais pour être davantage compétitif, le consul est d'avis qu'il faut abandonner le modèle de croissance basé sur les exportations de matières premières et mettre en place des réformes institutionnelles, un vent de renouveau, de l'ouverture et de la diversification.

Marc Angel, député LSAP, président de la Commission des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, de la Coopération et de l'Immigration et vice-président du groupe politique socialiste a ensuite pris la parole pour évoquer brièvement l'accord commercial récemment convenu entre les Etats membres de l'Union européenne et le Pérou. En effet, depuis 2012, l'Union européenne a signé un accord commercial avec le Pérou qui a amélioré sensiblement l'accès à ce marché. A plus long terme, les exportateurs de produits industriels n'auront plus à payer des droits de douane et bénéficieront de meilleures conditions favorisant le commerce et l'investissement, lesquelles instaurent un environnement commercial à la fois stable, transparent, prévisible et mieux réglementé. L'Union européenne reste en effet le premier investisseur étranger au Pérou et grâce à l'accord conclu, 500 millions d'euros pourront être économisés chaque année. (voir détails projets de loi en annexe).

Plusieurs experts en commerce international péruviens et luxembourgeois ont ensuite, dans le cadre d'une table ronde, échangé leur point de vue sur les opportunités d'échanges commerciaux mais également les différences entre les deux pays. Pour Wilmer Manay, directeur général de la société péruvienne Agropex International, spécialisée en agriculture durable, " innovation " est le mot qui doit inspirer les sociétés péruviennes car c'est l'innovation qui mène au développement de l'économie à terme. Monsieur Manay a également souligné combien il était impressionné par la qualité de vie et la sécurité routière à Luxembourg, qu'il visitait pour la première fois. Dans son discours de clôture, Francisco Malpica, secrétaire de la CCTPL a remercié tous les membres de la Chambre de Commerce et de Tourisme du Pérou au Luxembourg qui se sont investis bénévolement pour organiser la venue de la délégation péruvienne et a lancé un appel pour recruter de nouveaux membres.

A la fin de ce séminiare, tous les hôtes ont pu déguster quelques spécialités culinaires péruviennes, préparées par un chef de renommée à Lima, Diego Sorni, spécialement venu du Pérou pour l'occasion. La délégation s'est ensuite rendue à la Provençale et au Cactus Windhof afin de visiter leurs installations. Ce weekend, leur voyage se poursuivra en Moselle où ils pourront découvrir les richesses touristiques du Grand-Duché.