Votre partenaire pour la réussite

La tôlerie fine dans tous les domaines de l’industrie

15.12.2016 08:28

A.Berl & Cie sàrl

Jacques Herz, directeur-gérant de A.Berl & Cie et Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de Commerce

Depuis près de 160 ans, Berl, société familiale depuis cinq générations, est spécialisée dans la fabrication de mobiliers en acier, inox et aluminium. Grâce à son savoir-faire plus que centenaire, l'entreprise a séduit de nombreux clients de tous secteurs allant des bureaux d'architectes aux hôpitaux, en passant par les cuisinistes ou les industriels et peut également répondre aux demandes de particuliers.

L'histoire de la société Berl débute en 1858 lorsqu'Achille Berl, émigré au milieu du XIX siècle à Paris pour y travailler avec son oncle, y fonde son entreprise de fabrication de lits en fer. Il envoie en 1872, son directeur, Mayer Jonas à Luxembourg pour y créer une filiale, qui ouvre dans les anciennes casernes Vauban au Pfaffenthal. La fabrication se concentre alors surtout sur la fabrication de lits et de sommiers en fer forgé, d'où son surnom de Bettefabrik, ainsi que sur du mobilier de collectivités, tels que des tables et des chaises.

En 1882, suite à l'incendie qui ravage la fabrique du Pfaffenthal, Berl s'installe dans le quartier en plein essor de la gare centrale de Luxembourg, à l'époque commune de Hollerich, aux côtés de maisons illustres comme les Champagnes Mercier, les établissements Paul Wurth et Heintz van Landewyck. Berl développe sa production et l'étend au mobilier scolaire, aux luges, au mobilier et accessoires de jardin. En 1893, l'usine emploie 130 ouvriers, majoritairement luxembourgeois et en 1900, la production atteint les 800 tonnes de mobilier. En 1937, la ville de Luxembourg ayant établi un nouveau plan d'aménagement, les établissements A.Berl & Cie sont obligés de déménager et s'installent à Cessange où elle restera 65 ans. La société, qui avait été confisquée en 1941 par l'occupant, est restituée après guerre à ses propriétaires et reprend sa production. Dans les années 1950, en plus de sa production propre, Berl commence une activité de négoce dans le mobilier de bureau et de collectivité, rayonnages et coffres-forts, et importe des produits de France, d'Allemagne, de Belgique, de Suisse et du Royaume Unis. A partir des années 1975, en complément à son marché local et de la Grande-Région, elle fournit du mobilier hospitalier au Sénégal, au Cap Vert, à l'Ìle Maurice et aux îles Comores...

Installée à Contern depuis 2002, A.Berl & Cie dispose d'ateliers équipés de machines high tech, notamment un centre de découpe laser, une cellule de poinçonnage automatisée, une presse plieuse d'une puissance de 130 tonnes et une chaîne de peinture par thermo-poudrage. La production s'oriente dans le domaine de la tôlerie fine et industrielle de métaux ferreux et non ferreux en feuilles, à la transformation sur mesure de matériaux destinés à la fabrication de mobiliers divers pour entreprises et individuels, d'habillages et de capotages, d'ébrasements de portes et d'ascenseurs, de tours d'aération, d'ouïes de ventilations .... Elle compte parmi ses nombreux clients les Bâtiments publics pour le Centre sportif la Coque (chantier mené par l'architecte de renom Roger Taillibert), le Foyer où elle a travaillé avec le bureau d'architectes Worré & Schiltz, Post Luxembourg, des hôpitaux, des électriciens, des chauffagistes et installateurs de grandes cuisines... Entretien avec Jacques Herz, directeur-gérant.

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?

Nous travaillons sur de nombreux projets sur des bâtiments en cours de développement, tels que le nouvel immeuble de RTL, le futur ministère des Affaires étrangères, les bâtiments Post Luxembourg à la Cloche d'Or et Rue Mercier, ainsi que pour la 3e tour de la Cour de Justice de l'UE. Dans un avenir proche, nous devrons aussi investir dans nos moyens de production et penser à l'aquisition de nouvelles machines pour pouvoir encore mieux répondre à des commandes exigeantes. La planification de ces changements et de leurs financements figurent également au nombre des projets que nous aurons sur la table dans les mois à venir.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier ?

D'avoir une bonne équipe tout d'abord et dans ce cadre, d'avoir pu embaucher pour la première fois depuis des années, deux résidents luxembourgeois dans nos ateliers. Ensuite, d'avoir su ouvrir de nouvelles perspectives d'évolution suite à notre relocalisation à Contern et enfin, que la grande majorité de nos clients soit consciente du sérieux et de la qualité de nos produits et de notre travail. D'avoir à notre actif des réalisations significatives : la fabrication des tours de pulsions et de reprise d'air dans le bâtiment Coque au Kirchberg, l'aménagement, l'étude, la fabrication et la pose d'éléments spécifiques au monde postal des centres de tri et de distribution de Post Luxembourg à travers tout le pays.

Quels sont les grands défis auxquels vous devez faire face dans votre secteur d'activité ?

Le marché est très concurrentiel et très dur. L'Europe a appporté beaucoup de choses très positives au développement des marchés, mais également de nouvelles problématiques auxquelles nous devons faire face. Il nous est très difficile de concurrencer des entreprises qui font clairement du dumping social, de répondre à des appels d'offres pour obtenir certains marchés. Il est très fastidieux lorsque l'on est une petite entreprise qui n'a personne de dédié à ces procédures complexes de répondre à ces soumissions. J'ai le sentiment que beaucoup de sociétés peuvent venir nous concurrencer sur notre territoire, mais que nous n'avons pas les moyens de les concurrencer sur leur marché.

Si vous pouviez changer une chose dans votre secteur d'activité, quelle serait-elle ? Que pourrait faire la Chambre de Commerce en ce sens ?

Sans aucun doute, la tranche indiciaire appliquée au Luxembourg, qui est toujours incomprise par nos clients étrangers auxquels il est difficile d'expliquer ce mécanisme et pourquoi il a une incidence sur de nombreux postes de dépenses. Une indexation, ce n'est pas seulement une augmentation des salaires de nos employés, c'est aussi une augmentation sur tous nos contrats, sur les transports, sur les prestations de nos autres fournisseurs et cela nous rend moins concurrentiels. Egalement, les contraintes imposées par la réglementation et les conditions minimales pour participer à des appels d'offres d'institutions publiques et communautaires nous freinent significativement pour pouvoir prendre part à des marchés qui seraient néamnoins intéressants pour le développement de notre entreprise. Augmenter les seuils à partir desquels des appels d'offres internationaux sont obligatoires aiderait certainement les PME locales.

Histoires dans l'histoire

Création en 1872 d'une filiale au Luxembourg100 collaborateurs travaillent pour la société en 1882
Le salaire oscille entre 4 et 6 francs Le 2 janvier 1893, la fabrique de meubles métaliques fête ses 25 ans au Luxembourg
Elle emploie 130 ouvriers et fabrique 45 000 pièces de lits et meubles en fer
En 1913, le catalogue répertoriant les produits fabriqués par l'entreprise enregistre 214 articles
1918: Hermann (Armand) Herz participe à l'assemblée constituante de la Fedil
1960-1970 : Berl fabrique des lits superposables et des armoires vestiaires pour l'armee luxembourgeoise

 

Texte : Corinne Briault - Photos : Pierre Guersing et Dr.Kugener (Luxembourg Quartier de la Gare)

Sur les 2 500 m2 de ses ateliers à Contern, les 22 employés de la société a recours à des procédés de conception et de fabrication “high Tech” ....

... tels qu’un centre de découpe laser ou un centre de poiçonnage

Du conseil à la fabrication, l’entreprise peut répondre aux demandes de clients particuliers et de professionnels tels que La Coque, Post Luxembourg ou les ascensoristes tels que Schindler, Kone, Thyssenkrupp et Otis ...

La production s’oriente dans le domaine de la tôlerie fine et industrielle de métaux ferreux et non ferreux en feuilles, à la transformation sur mesure de matériaux destinés à la fabrication de mobiliers divers pour entreprises et individuels, d’habillages et de capotages, d’ébrasements de portes et d’ascenseurs, de tours d’aération, d’ouïes de ventilations ...

L’histoire de la société Berl débute en 1858 lorsqu’Achille Berl, émigré au milieu du XIX siècle à Paris pour y travailler avec son oncle, y fonde son entreprise de fabrication de lits en fer. Il envoie en 1872, son directeur, Mayer Jonas à Luxembourg pour y créer une filiale, qui ouvre dans les anciennes casernes Vauban au Pfaffenthal puis Berl s’installe dans le quartier en plein essor de la gare centrale de Luxembourg, à l’époque commune de Hollerich, aux côtés de maisons illustres comme les Champagnes Mercier, les établissements Paul Wurth et Heintz van Landewyck