Votre partenaire pour la réussite

L’Argentine, le Chili et l’Uruguay dans le viseur du Luxembourg

15.06.2017 09:12

Séminaire pays

(De g. à d. ): S.E. Carlos Pérez del Castillo Artagaveytia, Ambassadeur d’Uruguay; S.E. Pablo Grinspun, Ambassadeur d’Argentine; Carlo Thelen, Directeur Général, Chambre de Commerce et Juan Fierro Cereño, Premier Conseiller à l’Ambassade du Chili lors de la signature du livre d’or

Le 14 juin, la Chambre de Commerce a organisé un séminaire pays sur l'Argentine, le Chili et l'Uruguay dans le but de mieux faire connaître les économies de ces trois pays d'Amérique de Sud, les secteurs qui y sont les plus porteurs, ainsi que les habitudes culturelles et d'affaires. Organisé avec l'aide des Ambassades d'Argentine, du Chili et de l'Uruguay des attachés économiques et commerciaux belges[1] basés à Buenos Aires, Santiago et Montevideo, cet événement s'est tenu dans la perspective de l'organisation d'une mission économique au premier semestre 2018. Une cinquantaine de participants étaient présents.

L'Amérique latine est l'une des régions les plus sûres au monde du point de vue des investissements. L'Argentine, le Chili et l'Uruguay sont souvent associés sous la dénomination de " Cône sud ", qui, grâce à un taux d'espérance de vie, un indice de Développement Humain et un standard de vie élevés et des économies émergentes, ainsi qu'une participation importante sur les marchés internationaux, est une des parties les plus prospères de la région. Chaque pays garde cependant ses spécificités, qui ont été dévoilées lors du séminaire.

L'audience a d'abord pu découvrir chaque pays individuellement. Les programmes de support ELAN Network et IPR Helpdesk, financés par l'Union européenne et mis en place par Eurochambres pour aider les entreprises européennes qui souhaitent se développer en Amérique latine ont ensuite été présentés. Ces présentations ont été complétées par un témoignage de la société Allen&Overy dont la branche luxembourgeoise dispose d'un bureau en Amérique latine. Ensuite, un panel de discussion était organisé, suivi d'un networking-lunch et de l'organisation de rendez-vous bilatéraux pour les entreprises qui en avaient émis le souhait.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Macri en novembre 2015, une véritable transformation s'opère en Argentine. Dès son arrivée, le président avait affiché clairement son ambition : normaliser la situation en Argentine après " l'ère Kirchner " en poursuivant trois objectifs : rétablir la stabilité macroéconomique du pays, rétablir certaines règles de loi et réintroduire l'Argentine sur la scène internationale. Aujourd'hui, le pays entre dans une nouvelle phase de croissance durable. Pour soutenir cette dernière, les investissements sont vitaux. L'Argentine a entrepris les démarches pour rejoindre l'OCDE, et le pays est un fervent supporter des négociations du traité de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur, ce qu'a souligné SE Pablo Grinspun, Ambassadeur d'Argentine. Pablo Castagnino, Premier secrétaire de l'Ambassade d'Argentine a expliqué pourquoi l'Argentine est un endroit stratégique pour les investissements avec un nombre important d'opportunités dans les secteurs suivants : infrastructures, énergies renouvelables, pétrole et gaz, mines, agri business et les TIC. Martin Cardoen, Attaché économique et commercial de l'Awex basé à Buenos Aires a ensuite donné une série de renseignements pratiques aux entrepreneurs souhaitant se lancer une affaire en Argentine. Il est, par exemple, intéressant de noter que le face à face reste le moyen le plus efficace de prendre contact avec les hommes d'affaires en Amérique latine, contrairement aux emails restent généralement lettre morte.

L'Uruguay, pays de taille modeste avec seulement 3,3 millions d'habitants comparé au géant argentin de 43,4 millions, n'a rien à envier à son voisin et est très souvent en position de tête dans les classemens internationaux le pays maitient sa réputation de stabilité politique et économique et ses fondamentaux économiques sont solides , comme l'a souligné SE Carlos Pérez del Castillo Artagaveytia, Ambassadeur d'Uruguay. Fiorella Bafundo, spécialiste auprès de l'Agence nationale de promotion et des investissements Uruguay XXI, venue spécialement de Montevideo pour l'occasion, a ensuite présenté en détail chacun des points forts de l'Uruguay. Comme le Luxembourg, qui se présente comme porte d'accès pour l'Europe, l'Uruguay veut se positionner comme porte d'accès vers l'Amérique du Sud. Il dispose à cet effet des lois adaptées, de nombreuses Zones Franches, ainsi que des infrastructures portuaires et aéroportuaires adaptées. De nombreux grands groupes dans le trading, la finance, l'IT et l'industrie sont d'ailleurs déjà présents en Uruguay. Les principaux atouts du pays sont sa fiabilité, l'accès au marché, la main d'œuvre qualifiée, la qualité de vie. Autre point commun avec le Luxembourg : le pays est fortement orienté vers les services, dispose d'infrastructures de télécommunications très développées (les meilleurs data centres d'Amérique latine y sont installées) et est train de se positionner dans le domaine des Fintech. Jimena Villar, l'attachée économique et commerciale basée à Montevideo a ensuite complété la présentation avec des aspects pratiques culturels et d'affaires à observer quand on s'établit en Uruguay. Il est intéressant de noter que l'Uruguay est une société égalitaire avec une classe moyenne prédominante.

Situé du côté de l'océan pacifique tandis que l'Argentine et l'Uruguay sont bordés par l'océan atlantique, le Chili, est aussi différent du fait qu'il fait partie de l'Alliance pacifique, tandis que l'Uruguay et l'Argentine sont dans le mercosur. Aussi, malgré un ralentissement marqué qui affecte la région, le Chili, membre de l'OCDE depuis 2010, reste une des économies les plus solides d'Amérique Latine. Entre 2001 et 2013, le pays a connu une croissance économique dynamique, en moyenne de 4,5% par an. Il dispose d'une renommée sûre, il est peu endetté et dispose d'institutions solides, comme l'a indiqué Juan Fierro Cereño, Premier Conseiller à l'Ambassade du Chili avant de donner la parole à Susana Veliz, représentante de l'agence de promotion du Chili Prochile, basé à Bruxelles. Les investissements directs étrangers sont une source importante pour la croissance du pays, et à cet effet, de nombreuses mesures ont été mises en place pour favoriser l'arrivée d'investisseurs étrangers, le gouvernement leur portant la même attention qu'auxinvestisseurs chiliens. L'écosystème chilien est également très favorable à l'entrepreneuriat (3ème dans le monde, derrière les USA et la Grande-Bretagne et devant l'Uruguay et l'Argentine). Les secteurs les plus prometteurs sont l'énergie, les services, les infrastructures, le tourisme, l'agroalimentaire et les mines. Le Chile dispose aussi d'un important réservoir de talents et a déjà signé de nombreux accords commerciaux et de non double imposition. Liliana Herrera, l'Attachée économique et commerciale basée à Santiago, a ensuite donné quelques clés pour aborder le marché chilien. Les chiliens étant réputés être plutôt conservateurs et prudents, pour faire des affaires dans le pays, il est recommandé de disposer de matériel en espagnol et idéalement d'avoir un bureau sur place.

Nicoletta Favaretto, Senior Project Officer auprès d'Eurochambres a présenté ensuite les programmes ELAN Network et IPR Helpdesk. Marc Tkatcheff, Senior Associate chez Allen&Overy, a évoqué son expérience à Buenos Aires, où il a dirigé le bureau " Amérique latine " de son entreprise.

Enfin, une discussion a permis aux participants d' échanger leurs expériences, points de vue, voire quelques péjugés sur leurs pays respectifs. Les Européens ont, par exemple, tendance à penser que les Latino-américains sont systématiquement en retard, alors que cela n'est pas le cas et que la ponctualité est de rigueur en Argentine, au Chili et en Uruguay.

Les orateurs ont confirmé que le Luxembourg a lui aussi un important travail de communication à mener pour faire connaître le pays, dont beaucoup de Latino-américains ne savent pas qu'il s'agit d'un pays à part entière. Ils connaissent le Benelux, sans vraiment savoir que les trois dernières lettres font référence à un pays, membre fondateur de l'Union européenne. Lors des discussions, l'Ambassadeur de l'Argentine, pays disposant actuellement de la présidence protempore du mercosur, a également insisté sur l'importance de la signature d'un traité de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du mercosur. En négociation, ce traité devrait être signé lors de la prochaine conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) qui se tiendra à Buenos Aires en décembre prochain. La signature de cet accord est un élément clé dans l'accroissement des relations commerciales entre les pays d'Europe et l'Amérique latine, qui cherche également à moins dépendre des Etats-Unis, avec l'arrivée du président Trump. La conclusion d'accords aériens se révèle également cruciale pour augmenter les relations bilatérales avec le Luxembourg, qui dispose avec Cargolux d'une des entreprises cargo les plus importantes d'Europe.

La mission économique programmée au premier semestre 2018 semble être la parfaite occasion pour les entreprises qui étaient présentes de mettre en pratique les conseils reçus et de se lancer sur ces marchés au potentiel de croissance important.

Pour des plus amples informations sur la mission qui sera organisée en 2018 ou sur les activités organisées par la Chambre de Commerce en lien avec l'Amérique latine, n'hésitez pas à contacter : Violaine Mathurin/Sabrina Aksil - latinamerica(at)cc.lu - T : (+352) 42 39 39-481/374.

 

 [1] Grâce à un accord conclu entre les autorités belges et luxembourgeoises, le Luxembourg peut compter sur le soutien des réseaux belges de l'Awex, la FIT et BIE pour répondre aux questions économiques des entreprises luxembourgeoises. Ceux-ci soutiennent le Luxembourg lors de l'organisation de missions économiques, notamment dans les pays où le Grand-Duché ne dispose pas d'une présence diplomatique sur place dans le pays.